Les namibiens contre la violence conjugale

EuroPROFEM - The European Men Profeminist Network http://www.europrofem.org 

   

Précédente ] Accueil ] Remonter ] Suivante ]
 

Inauguration de famafrique
http://www.famafrique.org
Famafrique
Le site web des femmes d'Afrique francophone

A l'occasion de la Journee de la Femme Africaine, le site Web famafrique sera inaugure, le 29 juillet 1999. famafrique est l'une des realisations du projet Inforoutes au feminin en Afrique francophone, realise par ENDA - Environnement et Developpement du Tiers Monde (Dakar, Senegal), avec le soutien du Fonds francophone des inforoutes (Paris, France) et en partenariat avec Inter Press Service, Agence d'information du Tiers Monde (Cotonou, Benin) et Les Penelopes, Agence francaise d'information des femmes dans le monde (Montreuil, France). Ce site web, le premier du genre en Afrique francophone, vise a renforcer la visibilite et les capacites d'action des organisations de femmes actives dans la sous region pour la promotion du developpement durable, l'egalite de genre et la paix, et a assurer que les contributions et les principales informations utiles aux femmes du monde francophone, notamment en Afrique, soient disponibles en francais sur les inforoutes - les autoroutes de l'information. Cette initiative se developpe au moment ou les femmes africaines, a l'instar de la communaute mondiale, se preparent a evaluer les progres realises dans la mise en œuvre des Plates-Formes d'Action de Dakar et de Beijing pour la promotion des femmes dans le monde : les organisations de femmes disposent ainsi d'un outil de valeur qui leur permettra de participer a cette evaluation et a la conception des nouvelles approches a mettre en oeuvre. Le site web famafrique ouvre sur cinq champs d'informations et de ressources : o Femmes 2000, outil d'evaluation a mi-parcours des plates-formes d'Action de Dakar et de Beijing ; o Le monde des femmes d'Afrique francophone, pour renforcer la visibilite et les contributions des organisations de femmes a la promotion du developpement durable ; o Liens et ressources, une porte ouverte sur les sites et organisations actifs sur des themes convergents ; o Nouvelles et annonces, plaque tournante d'informations en francais sur les femmes et le developpement en Afrique et dans le monde ; o L'auto-ecole des inforoutes, un espace de formation a distance pour une meilleure maitrise par les femmes des outils et techniques de la communication electronique. Le logo de famafrique est une interpretation combinee d'une representation traditionnelle de la fertilite en Afrique de l'Ouest et du symbole international des femmes, rappelant l'appartenance des femmes africaines a une communaute mondiale solidaire dans le respect de la diversite des richesses culturelles regionales. L'inauguration aura lieu le jeudi 29 juillet 1999 de 9h00 a 13h00, a l'Ecopole Ouest Africaine (rue Felix Eboue, Dakar, tel : 823 56 63), en presence des representants des pouvoirs publics et organisations internationales agissant pour la promotion des femmes et le developpement, et des representantes des organisations de femmes actives au Senegal. Les associations de femmes partenaires dans les autres pays d'Afrique francophone feteront simultanement l'evenement dans leur pays respectifs.

=====================================================

Pour plus d'informations : Famafrique : http://www.famafrique.org  - famafrique@enda.sn  - tel : (221) 823 45 42 ENDA : http://www.enda.sn  - synfev@enda.sn - tel : (221) 821 60 27 ; telecopie : (221) 822 26 95 ; 4 rue Kleber, B.P. 3370 Dakar, Senegal ; personne-contact : Marie-Helene Mottin-Sylla Fonds francophone des inforoutes : http://www.francophonie.org/fonds/ - fonds@francophonie.org  Inter Press Service : http://www.link.no/ips/fra - ipscoo@bow.intnet.bj Les Penelopes : http://www.mire.net/penelopes - penelope@planete.net

---------------------------------------------------------------------------------------------

Les namibiens contre la violence conjugale

Windhoek, Namibie (PANA) -- Les namibiens ont pris conscience de la nécessité de réviser leur perception de la violence faite aux femmes afin de protéger leurs mères, leurs épouses, leurs filles et leurs sœurs.

A cet égard, le centre d'assistance juridique a annoncé jeudi, Windhoek, la réunion d'une conférence nationale sur le thème de la violence faite aux femmes, du 23 au 25 février, dans la même ville.

Faisant le point des préparatifs, au cours d'une rencontre avec la presse, M. Norman Tjombe, Président du comité d'organisation, a déclaré que les assises pourraient prendre fin avec la mise en place d'une structure qui se pencherait davantage sur la lutte contre la violence faite aux femmes.

"Cette conférence va réunir 250 hommes venus de toutes les régions du pays pour discuter de la question de la violence contre les femmes, et particulièrement de ce que les hommes peuvent faire pour mettre fin à la violence faite aux femmes", a-t-il dit.

Les églises, les organisations d'étudiants et des jeunes, ainsi que les ONG et les partis politiques qui ont participé aux élections de 1999 sont invités également aux travaux.

"Nous avons demandé aux ministères de la Santé et des Services Sociaux, de la Justice, de la Jeunesse et des Sports et de l'Intérieur, en particulier la police namibienne, le bureau d'Assistance Juridique, le bureau du Procureur Général et celui du Procureur de la République d'envoyer un nombre spécifique de responsables à cette conférence", a déclaré M. Tjombe.

Des participants étrangers sont attendus d'Afrique du Sud, du Zimbabwe et du Canada pour cette conférence qui sera animée notamment par M. Michael Kaufman, spécialiste de l'organisation "des hommes contre la violence" et fondateur de la campagne "ruban blanc", la plus importante initiative mondiale des hommes qui lutte pour mettre fin à la violence contre les femmes au Canada.

Un magazine sur la violence conjugale

Blantyre, Malawi (PANA) -- Un groupe de féministes du Malawi, le "Réseau contre la violence faite aux femmes", a mis sur le marché un magazine afin de lutter contre la violence dont sont victimes les femmes du pays.

Les deux promotrices du projet, Mmes Emmie Chanika et Dorothy Kaunda, ont déclaré que la publication, baptisée "Rompre le Silence", a pour vocation de faire la lumière sur la violence faite aux femmes et aux jeunes filles qui sont, selon elles, les principales victimes de la violence conjugale.

La création du magazine "entre dans le cadre de la campagne qui vise à mettre fin à la violence, en informant les femmes et les jeunes filles sur leurs droits, en sensibilisant la société aux dangers d'une attitude de tolérance", indique l'éditorial.

On ne peut pas fermer les yeux face à la violence faite à la femme qui a, au contraire, besoin de soutien et de protection pour "demander réparation", ajoute-t-on de même source.

Mme Chanika, rappelle-t-on, dirige le Comité pour les libertés civiles. Mme Kaunda est à la tête de "Women and Law in Southern Africa" (La femme et la loi en Afrique australe), une Ong régionale de défense des droits civiques.

Chaque femme et chaque fille constituent des victimes potentielles de la violence conjugale, du viol et d'un traitement dégradant, estiment-elles, précisant que certaines études ont démontré que certains hommes et certains garçons étaient également victimes d'une certaine forme de violence.

"Rompre le silence" a pour objectif de sensibiliser les victimes potentielles à toutes les formes de violence fondées sur l'appartenance ou les pulsions sexuelles.

"Des études effectuées au Malawi et dans d'autres pays ont prouvé que la plupart des actes de violence contre les femmes, les filles et les enfants l'étaient dans l'intimité des foyers, des familles, des institutions et d'endroits censés être des hâvres de paix", ont déclaré Mmes Chanika et Kaunda.

Elles ont fait remarquer que ceux qui se livraient à ces actes de violence étaient souvent des gens qui exerçaient un pouvoir et une autorité sur les victimes ou assumaient une responsabilité à leur égard.

Elles ont dénoncé par ailleurs l'utilisation de la culture et de la tradition pour justifier la violence faite aux femmes. "Le magazine a également pour objectif de corriger cette situation", ont-elles souligné.

Publié uniquement en anglais, avant de l'être, dans un proche avenir en chichemwa, principale langue nationale, "Rompre le silence" est une bande dessinée dépeignant la violence domestique comme elle est vécue chaque jour au Malawi.