L'APPEL DES LAURÉATS 

PRIX NOBEL DE LA PAIX
une nouvelle Culture de la Non-Violence

EuroPROFEM - The European Men Profeminist Network http://www.europrofem.org 

   

Précédente ] Accueil ] Remonter ] Suivante ]

A l'attention des Chefs d'Etats de Gouvernement
de tous les pays membres
de l'Assemblée Générale des Nations-Unies

Source: http://membres.lycos.fr/jecmaus/Appeal.html  
 http://membres.lycos.fr/irnc/Nobel.htm  

"Pour les enfants du Monde"

Aujourd’hui, dans chaque pays du monde, de nombreux enfants souffrent en silence des effets et des conséquences de la violence.

Cette violence revêt différentes formes : entre enfants dans les rues, à l'école, dans la vie de famille et au sein des différentes communautés. Que ce soit la violence physique, la violence
psychologique, socio-économique, la violence quotidienne de leur environnement ou la violence politique. Beaucoup d'enfants - trop d'enfants - vivent une "culture de la violence".

Nous souhaitons contribuer à amoindrir leurs souffrances. Nous croyons que chaque enfant peut découvrir, par lui-même, que la violence n'est pas une fatalité. Nous pouvons offrir de
l'espoir, non seulement aux enfants du monde mais à l'humanité toute entière, en créant, puis en construisant, une nouvelle Culture de la Non-Violence.

Pour cette raison, nous adressons cet appel solennel à tous les Chefs d'Etats, de tous les pays membres de l'Assemblée Générale des Nations-Unies, afin que l'Assemblée Générale des Nations-Unies déclare :

Que la première décennie du nouveau millénaire, les années 2000 à 2010, soit déclarée "Décennie pour une Culture de la Non-Violence";

Qu'au début de la décennie, l'année 2000 soit déclarée "Année de l'Education à la Non-Violence";

Que la non-violence soit enseignée à chaque niveau dans nos sociétés pendant cette décennie, afin de rendre les enfants conscients de sa signification réelle et pratique et de ses bénéfices dans leur vie de tous les jours, dans le but de diminuer la violence et la souffrance qu'elle engendre, envers eux et l'humanité en général.

Ensemble, nous pouvons bâtir une Culture de la Non-Violence pour l'être humain, qui donnera de l'espérance à l'humanité toute entière et surtout aux enfants de notre monde.

Les lauréats du Prix Nobel de la Paix

1er Juillet 1997

Signataires :

Nelson Mandela, le Dalaï Lama, Mère Teresa, Mikhaïl Gorbachev, Aung San Suu Kyi, Shimon Pérez, Yasser Arafat, Elie Wiesel, Mairead Corrigan-Maguire, Aldolfo Perez Esquivel, Desmond Tutu, L’UNICEF, Carlos F. X. Belo, Oscar Arias Sanchez, Frederik W. de Klerk, Norman Borlaug, Joseph Rotblat, Betty Williams, Lech Walesa, José Ramos Horta.

------------------------------------------------

Historique de cet appel

Le premier à avoir exprimé que la non-violence devrait être pratiquée par les enfants dans les écoles fût Tchich Nhat Hanh (1).

Mme Marie-Pierre Bovy, membre de l'Arche de Lanza del Vasto et Présidente de l'IFOR (2) en 1996, a suggéré une "Année de la non-violence" lors d'une rencontre de ce mouvement;

Mr Pierre Marchand, fondateur il y a 24 ans de "Partage avec les enfants du Monde", et délégué de l'IFOR auprès de l'UNESCO dans le cadre du programme pour promouvoir une Culture de la Paix, a voulu relever concrètement ce défi et organiser en conséquence une campagne mondiale.

Ce dernier rencontra d'abord, à Belfast, Mme Mairead Corrigan-Maguire qui accepta immédiatement de prendre la tête de cette campagne. Un généreux donateur, qui veut rester anonyme, a permis de financer intégralement cette initiative. Sri Loganathan, l'un des leaders du Mouvement Gandhien et ami de Vinoba Bhavé, proposa de commencer la formation des enfants à la non-violence dès le Jardin d'Enfants. Le texte de l'appel fût rédigé dans un Village d'Enfants en Inde, par Pierre Marchand.

Il se rendit ensuite à Calcutta. Mère Térésa, alitée après sa dernière opération, accepta immédiatement de signer cet appel.

Troisième Prix Nobel de la Paix à s'engager : Mme Aung San Suu Kyi, qui a reçu longuement Pierre Marchand dans sa résidence très surveillée de Rangoon.

Mairead Corrigan-Maguire et Pierre Marchand furent ensuite reçu à Washington par plusieurs personnalités dont le Dalaï Lama, puis au siège de l'ONU à New York par Mme Sorensen.

M. Federico Mayor, Directeur général de l'UNESCO a accepté d'apporter son soutien à l'appel des Prix Nobel de la Paix, ainsi que Mme Carol Belamy, Directrice générale de l'UNICEF et Mme Hildegard Goss-Mayr, Présidente d'honneur de l'IFOR.

Pour résumer, dès la première minute le consensus fut général. Aujourd'hui tous les Prix Nobel de la Paix (à l'exception de ceux qu'il n'a pas encore été possible de contacter) ont signé.

Une lettre a été adressée à tous les Chefs d'Etat et de Gouvernement, à la fin du mois de Mai 1997, leur transmettant l'appel des Prix Nobel de la Paix et la proposition de résolution ci-jointe.

Si cette résolution est adoptée et votée par l'Assemblée Générale des Nations Unies, comme nous l'espérons, il ne s'agira que d'une première étape. Le travail véritable commencera alors, pour que les bonnes intentions gouvernementales se transforment, dans chaque pays, en mesures concrètes.

Comme nous l'avons déjà spécifié, l'éducation est notre maître-mot. Elle nourrit la Culture. C'est un processus interactif qui commence dès les premiers instants de la vie.

Nous savons d'ores-et-déjà pouvoir compter sur le soutien de plusieurs centaines d'organismes pour mettre en place, dans chaque pays, des programmes adaptés à la Culture et aux conditions de vie des enfants, des jeunes et des adultes.

Parmis ces organismes : le Serpaj d'Amérique Latine, le mouvement des Peace People en Irlande, le Mouvement Social au Liban, Compartir au Honduras, l'ASSEFA en Inde, House of Grace en Israël, Milijuli au Népal, et surtout l'IFOR.

Fondé en 1915, l'IFOR est le plus ancien organisme de formation à la non-violence ; il a accepté de prendre en charge l'année 2000 et la décennie 2000-2010. Il compte des branches dans plus de quarante pays, réunit des milliers de femmes et d'hommes engagés dans la non-violence, il coordonnera les mesures nécessaires avec les Organismes, les Gouvernements, les éducateurs et les artistes dans tous les continents.

Enfin, l'UNESCO et l'UNICEF se sont également engagés à intégrer l'esprit et l'objectif de cet appel dans leur programmes.
---------------------------------------------------------

Le soutien de l'UNESCO à l'appel des Prix Nobel de la Paix

En visite officielle en Inde, à l'occasion du 50ème anniversaire de la mort de Gandhi (30 janvier 1998), le Directeur général de l'UNESCO, Fédérico Mayor, a exprimé dans une déclaration son attachement aux idéaux incarnés par le Mahatma Gandhi.

En participant, avec le Président K.R. Narayanan, le Premier ministre, Inder Kumar Gujral et de nombreux autres responsables indiens, à la commémoration à New Delhi du 50ème anniversaire de l'assassinat de l'apôtre de la non-violence, le Directeur général a tenu à souligner : "Le message du Mahatma Gandhi reste vivant et plus actuel que jamais. Il est universel".

Voici le texte de la Déclaration du Directeur général de l'UNESCO :

"Nous commémorons aujourd'hui le tragique décès du Mahatma Gandhi et nous célébrons sa contribution non seulement à la libération de l'Inde mais aussi aux progrès de l'humanisme dans le monde entier. Le message du Mahatma Gandhi reste vivant et plus actuel que jamais. Il est universel. Par son merveilleux exemple, le Mahatma Gandhi a montré qu'il était possible de lutter contre l'injustice tout en respectant la vie, les droits, l'intégrité et la dignité de l'adversaire. Il a montré que son concept de non-violence ne signifie pas passivité et indifférence, mais au contraire - action forte, créative et courageuse, engagement quotidien et radical dans la lutte contre les fléaux qui accablent la communauté humaine.

Aujourd'hui encore, le Mahatma Gandhi nous enseigne que la tolérance est en accord avec les plus hautes aspirations de l'humanité. Pas de docilité, mais aussi pas de violence, pas de terreur. Accepter la diversité - qui est notre principale richesse - signifie accepter la réalité. Partager les mêmes valeurs fondamentales constitue notre futur. L'humanité est plurielle par nature et si nous voulons survivre et nous développer, nous devons apprendre à vivre ensemble et dans la non-violence.

En ce 30 janvier 1998, alors que nous célébrons la mémoire du Mahatma Gandhi, apôtre de la non-violence, nos pensées vont aussi à deux autres grandes figures de ce siècle, le Dr Martin Luther King et Mère Térésa. Compte-tenu de son mandat spécifique au sein des Nations Unies, l'UNESCO participe pleinement à la commémoration d'aujourd'hui et ma présence au Samadhi (profonde méditation) du Mahatma Gandhi, à New Delhi, témoigne de cette implication. A cette occasion, pour manifester notre attachement aux idéaux incarnés par le Mahatma Gandhi et pour continuer à contribuer à la transition de l'humanité d'une culture de guerre et de violence à une culture de paix et de non-violence, je suis heureux d'annoncer que le programme "Culture de la paix" de l'UNESCO s'appelle désormais programme "Culture de la paix et de la non-violence".

L'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé l'an 2000 Année Internationale pour une Culture de la paix. Nous espérons que la première decennie du prochain millénaire sera consacrée à l'éducation à la paix et à la non-violence, comme l'ont proposé les Prix Nobel de la Paix, avec le soutien de l'UNESCO, des centaines d'ONG et des milliers de personnes du monde entier. Nous espérons qu'au cours du troisième millénaire, la sagesse de la non-violence et de l'amour, qui est au cœur de toutes les religions, s'imposera partout dans le monde".
-----------------------------------------------

Biographies des Prix Nobel de la Paix signataires de l'appel

1980 ADOLFO PEREZ ESQUIVEL
  Né en 1931 en Argentine. Il a contribué à libérer son pays de la dictature militaire. Malgré la prison et la torture, sa fermeté dans la non-violence est exemplaire. Professeur à l’Université des beaux-arts, Il travaille avec les enfants des rues de Buenos Aires. Membre de l’IFOR, il a fondé et anime le " Service Justice et Paix " (SERPAJ) en Amérique Latine.
1991 AUNG SAN SUU KYI
  Née en 1945, Leader du Mouvement pour la Démocratie face à la dictature militaire. Elle survit actuellement en résidence surveillée dans des conditions extrêmement inhumaines en raison de sa détermination à rétablir la démocratie sans recours à la violence, en invitant inlassablement au dialogue. Sa détermination est un exemple du courage qu’impose la non-violence face à l’oppression.
1977 BETTY WILLIAMS
  Née en 1943 en Irlande du Nord, co-fondatrice de la Communauté des Peace People à Belfast qui a permit d’éviter que le conflit ne dégénère en guerre civile. Elle vit actuellement aux Etats-Unis où elle a créé une Fondation pour Enfants.
1984 DESMOND MPILO TUTU
  Né en 1931 en Afrique du Sud, ancien Secrétaire Général du Conseil des Eglises, il a contribué à l’éradication de l’apartheid par l’action non-violente. Membre de la Commission pour la Vérité et la Réconciliation.
1986 ELIE WIESEL
  Né le 1928, écrivain, humaniste et témoin de l’Holocauste. Il vit aux Etats-Unis où il écrit, enseigne et anime la Fondation qu’il a créé.
1993 FREDERIK WILLEM DE KLERK
  Né en 1936 en Afrique du Sud. Président, il libéra Nelson Mandela de prison et permit le processus d’éradication du système de l’apartheid.
1989 HIS HOLINESS TENZIN GYATSO, THE XIV DALAI LAMA
  Né en 1935 au Tibet. Chef Spirituel des Tibétains, il vit en exil en Inde. Il poursuit un patient combat non-violent pour rétablir la justice et la liberté au Tibet, et enseigne le Bouddhisme.
1983 LECH WALESA
  Né en 1943 en Pologne, Président du syndicat Solidarité, par lequel il contribua à la défense des droits humains et à l’établissement de la démocratie.
1977 MAIREAD CORRIGAN
  Née en 1944, en Irlande du Nord, co-fondatrice de la Communauté des Peace People à Belfast, son engament a permit d’éviter que le conflit ne dégénère en guerre civile. Membre de l’IFOR, elle anime toujours la Communauté des Peace People tout en donnant des conférences - dans le monde entier - sur la non-violence.
1996 MGR CARLOS FELIPE XIMENES BELO
  Bishop of East Timor, Carlos Belo is working with José Ramos-Horta towards a just and peaceful solution to the conflict in East Timor. He has been a constant spokesman for non-violence and dialogue with Indonesian authorities.
1990 MIKHAIL SERGEYEVICH GORBACHEV
  Ne en 1931 en Union Soviétique. Secrétaire Général du Parti Communiste, il organisa la pérestroïka qui a permit le retour de la démocratie et la fin de la guerre froide. Il a engagé le processus de désarmement et contribué à la construction de l’Europe.
1979 MOTHER TERESA
  Née en 1914 en Albanie, Mère Teresa est la fondatrice de l’ordre des Missionnaires de la Charité qui est au service des plus pauvres dans le monde entier. Son action a suscité une prise de conscience de la gravité de la misère dans le monde actuel. Elle vit à Calcutta (Inde).
1970 NORMAN ERNEST BORLAUG
  Né en 1914, aux Etats Unis. Nutritionniste, il a contribué à la " révolution verte " par ses recherches au Mexique sur l’amélioration des cultures du maïs et du blé.
1987 OSCAR ARIAS SANCHEZ
  Né en 1941 au Costa Rica. Président du Costa Rica il a été le premier a initié le processus de Paix en Amérique Centrale. Il a supprimé l’institution militaire afin d’allouer les fonds ainsi disponibles au développement.
1996 JOSE RAMOS HORTA
  José Ramos-Horta is working with Carlos Belo towards a just and peaceful solution to the conflict in East Timor. He has been the leading international spokesman for East Timor’s cause since 1975 and made a significant contribution through the " reconciliation talks ".
1994 SHIMON PEREZ
  Né en 1923, l’un des fondateurs de l’état d’Israël. Ministre des Affaires Etrangères, il a initié le processus de Paix pour le Moyen-Orient en acceptant de négocier avec les palestiniens.
1965 THE UNITED NATIONS CHILDREN'S FUND (UNICEF)
  Fondé en 1946 comme organisme des Nations-Unies, le Fonds des Nations-Unies pour l’Enfance contribue à alléger la souffrance de millions d’enfants dans le monde.
1994 YASSER ARAFAT
  Né en 1929, l’un des fondateurs de l’Organisation de Libération de la Palestine. Il a initié le processus de Paix pour le Moyen-Orient en acceptant de négocier avec Yitzhak Rabin et Shimon Perez, en reconnaissant l’état d’Israël.